Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Pêche à pied à risques sanitaires permanents en Bretagne

Dans une certaine indifférence médiatique on apprend de l’Agence régionale de santé (ARS), qu’en France, de 1996 à 2010, 5 % des 11 261 foyers d’intoxications alimentaires ont été attribués à la consommation de coquillages, à l’origine de 4 338 malades et 179 hospitalisations . Ce n’est pas rien...

Dans le Finistère
 [1], le risque est grand, car la présence de bactéries rend 70% des sites défavorables à la consommation de coquillages.

Un suivi trimestriel de la qualité des coquillages est assuré. On y mesure la présence de la bactérie Escherichia coli (E. coli), révélateur d’une pollution d’origine fécale d’origine :
- humaine (systèmes d’assainissement défectueux)
ou animale (épandages de lisier lié à l’élevage intensif dans les champs).

D’après les relevés de l’institut français de recherches pour l’exploitation de la mer (Ifremer) et l’Agence régionale de santé (ARS), le site internet www.pecheapied-responsable.fr dresse une carte du suivi sanitaire des principaux sites de pêche à pied en Bretagne.

Sur les 26 sites référencés :
- 18 apparaissent comme « déconseillés »  [2] ou « interdits » (70 %),
- seulement 8 sont « tolérés » ou « autorisés », en fait il y en a un seul sain : Tronoen, au sud de la baie d’Audierne.

Les mauvais résultats dans le Finistère ne sont pas nouveaux. Selon l’ARS 29, il n’y a aucun site sur l’estran, qui permette une consommation directe des coquillages, sans passage par des bassins de purification.

Et ailleurs en Bretagne ?
c’est pire : l’Ille et Vilaine (82 % des sites déconseillés ou interdits), et les Côtes-d’Armor (82 %. 16 des 34 sites y sont carrément interdits). Seul le Morbihan présente 27 % des sites interdits ou déconseillés.

Notes

[1Le Parc marin d’Iroise dénombre au moins 1 500 pêcheurs à pied de loisirs réguliers dans son seul périmètre (entre la Pointe du Raz et Porspoder, sans la rade de Brest).

[2dans ce cas pour les coquillages ramassés dans les sites déconseillés, l’ARS précise que « toute consommation serait à l’origine de risques élevés pour la santé, la cuisson ne pourrait réduire suffisamment les risques sanitaires »

Posté le 28 novembre 2013