Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Bonnets rouges, un chèque en blanc à la pollution ?

Un communiqué d’associations environnementales bretonnes

Les associations environnementales Coordination Verte et Bleue et CANE s’étonnent de l’appellation peu contrôlée des Bonnets Rouges et de son usage tous azimuts. Ce terme agglomère aujourd’hui pêle-mêle des victimes de la crise sans précédent de l’agroalimentaire et de ses activités connexes en Bretagne. Cette crise, nos associations n’en sont pas surprises tant elles l’avaient annoncée depuis des années.

Pour autant, il est surprenant de mettre à égalité toutes les victimes, des entrepreneurs Doux et Glon à leurs salariés, sous prétexte qu’ils sont tous bretons.

Au-delà de ces contradictions, nos associations s’inquiètent des revendications formulées parles représentants de ce mouvement. Il n’est question que de supprimer les normes dans tous les domaines, de faire de la Bretagne une zone franche pour relancer l’activité économique.

La “libération des énergies” permettrait ainsi d’accélérer la course au volume dans la
production de cheptel de basse qualité. Or, c’est bien cette course folle que nos associations veulent arrêter parce qu’elle aggravera encore la pollution et la dégradation des conditions de travail, en s’alignant sur le moins-disant social et environnemental des pays émergents concurrents.

Il ne peut donc exister la moindre ambiguïté : nos associations sont résolument opposées à ce type de revendications. Elles mettent en garde toutes celles et tous ceux qui de bonne foi penseraient y trouver la réponse à la crise actuelle. La Bretagne n’est pas malade de normes que lui imposerait Paris, mais plutôt de la violation régulière des lois de la République.

Qui protègera le faible des abus du fort si la loi est défaillante ? Voilà pourquoi nos associations n’ont jamais cessé de réclamer l’application de la loi sur les installations classées qui protège tous les citoyens contre la pollution des sols et de l’eau, loi tant et tant de fois bafouée, y compris par les préfets qui sont censés la mettre en oeuvre.

Ce dont l’agroalimentaire breton a besoin, ce n’est pas de produire encore plus, mais de produire mieux. Que la Bretagne devienne un label de qualité plutôt qu’une référence en pollution. Et pour cela, il faut des normes de qualité, dont l’application est assurée par les représentants de la loi. L’économie y gagnera de la valeur ajoutée. Les salariés y gagneront de meilleures conditions de travail et
de meilleurs salaires. Tous les Bretons y gagneront une eau pure, des plages sans marées vertes et algues bleues, un environnement sain.

Cette Bretagne que nous promettent les bonnets rouges n’est pas la nôtre. Les associations environnementales veulent tirer vers le haut notre région. Oui à une régionalisation démocratique, qui préserve les biens publics que sont l’eau, l’air, la terre, l’environnement.

Non à une régionalisation qui ne sache pas en tirer collectivement profit et qui les sacrifie au profit de quelques uns. Ce n’est qu’à ces conditions que chacun en Bretagne pourra vivre et travailler dignement, décider démocratiquement, et permettre aux générations futures d’en faire autant.

Coordination Verte et Bleue ( Sauvegarde du Trégor, Baie de Dournenez Environnement, Sous le Vent les Pieds sur Terre, Sauvegarde du Penthièvre, AE2D) et Côtes d’Armor Nature Environnement (Fédération 22 des associations environnementales

Contact : 02 98 67 46 61 ou 06 12 74 34 56

Posté le 10 mars 2014
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info