Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

conseil municipal de Plouzané du 30 Juin 2014 : l’intervention de l’élu EELV Antoine Beugnard

Ce conseil municipal, avec 34 points à l’ordre du jour, était chargé
(bientôt les délibérations sur le site de la mairie). Une série de points concernait le budget 2013 de la commune qui a été validé (on parle du compte administratif) et une autre série présentait une réorganisation des services de la Mairie qui a été adoptée.

Pour finir un vœu proposé par l’AMF (l’Association des Maires de France) a été proposé afin de réagir à la baisse importante des dotations d’État. Les élus EELV en ont profité pour faire une intervention :

« Nous profitons de ce vœux à portée nationale, pour faire un commentaire sur la politique budgétaire nationale qui trouve aussi sa déclinaison dans la politique locale.

Des voix se font entendre pour estimer que ce n’est pas une inflexion dont la France a besoin mais d’une réorientation de la politique budgétaire, avec un rééquilibrage entre économies et investissements, et entre ménages modestes et entreprises florissantes.

Toutes les entreprises n’ont pas besoin des mêmes soutiens et il n’est ni juste ni efficace de réduire toutes les dépenses publiques, d’accorder près de 40 milliards aux entreprises et 1 milliard seulement aux ménages.

Pour les écologistes, les deux axes sur lesquels la politique budgétaire repose – la réduction des déficits et les allègements inconditionnels accordés aux entreprises - ne sont pas incontournables.

Par exemple, le Crédit d’impôt Compétitivité Emploi (CICE) bénéficie à toutes les entreprises, y compris celles de la grande distribution, qui n’en n’ont pas du tout besoin. Or, les efforts demandés aux collectivités servent en grande partie à financer le CICE.

La politique économique et budgétaire de la majorité doit enfin tracer un chemin. C’est l’émergence d’un nouveau modèle de développement qu’il faut favoriser. Non plus basée sur un espoir vain de croissance, ni sur une illusion de ressources infinies d’énergie ou de matières premières, mais sur le partage, le recyclage, la parcimonie.

C’est l’économie de l’avenir qu’il faut construire, une économie porteuse d’emplois et protectrice de l’environnement.

Or, l’écologie est sacrifiée sur l’autel de la rigueur : l’abandon de la taxe poids lourd aura des conséquences dramatiques sur l’entretien et l’investissement dans de nouvelle infrastructures. EELV ne peut accepter non plus les coupes prévues dans le budget pour la recherche sur la transition énergétique et la ville durable.

Alors que le projet de loi de transition énergétique est toujours incertain sur le fond des mesures proposées, on apprend dans le projet de loi de finances rectificative qu’une grande partie des crédits supprimés dans le budget 2014 de la Défense va être compensée par des coupes dans le budget prévu pour la recherche sur la transition énergétique et la ville durable.

Il s’agit d’une erreur et d’une faute stratégique.

La transition écologique, et notamment l’isolation massive des bâtiments, c’est créer de l’emploi non-délocalisable, réduire les factures des habitants en même temps que les émissions de gaz à effets de serre. C’est aussi le moyen de réorienter nos investissements et notre économie pour la rendre moins dépendante du coût de l’énergie.

EELV ne peut cautionner la nouvelle réduction des dépenses publiques de 4 milliards d’euros supplémentaires quand elle implique le gel de la revalorisation des prestations sociales, des allocations logement, des rentes d’invalidité et des pensions accidents du travail. Ces mesures d’austérité vont injustement frapper de plein fouet des millions de retraités, de mal logés et de citoyens qui figurent déjà parmi les plus en difficultés.

Mais nous estimons, nous aussi, que des économies sont possibles, par exemple, sur la dissuasion nucléaire (3,5 milliards par an), sur l’aéroport de NDDL (la Région vient encore de voter 192 000 € pour ce projet en avril dernier), ou sur le projet de centrale à gaz de Landivisiau (40 millions de subvention versées pendant 20 ans)

En parlant sans cesse de restrictions budgétaires on accroit encore le sentiment général de morosité et la désespérance d’une partie de la population qui se demande si elle verra jamais la fin du tunnel.

La réduction des dotations aux collectivités locales amplifie cette politique d’austérité - qui ne dit pas son nom - en propageant au niveau local tous ses défauts.

C’est pourquoi nous voterons ce vœu. »

[Europe Ecologie Les Verts Plouzané]

Le site du groupe local Europe Écologie Les Verts Plouzané
URL: http://www.vplouzane.infini.fr
Posté le 2 juillet 2014 par Antoine
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info