Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Manifestation samedi 5 novembre, 14h place de la Liberté

Pas d’expulsion sans solution de relogement durable !

Un communiqué du Réseau du pays de Brest pour l’accueil des migrants dans la dignité

Il y a dix ans, la municipalité brestoise de gauche organisait à l’Hôtel de Ville, avec BESF (Brest Éducation Sans Frontières) des parrainages républicains de sans papiers. La semaine dernière, la même majorité municipale requérait l’envoi de la force publique, 100 gendarmes mobiles et policiers, pour expulser violemment des migrants. C’est ainsi que les cinq maisons au Forestou ont été évacuées vendredi 21 octobre sur injonction d’un huissier.

Ces maisons appartiennent à BMH (Brest Métropole Habitat). En déshérence depuis des mois, elles offraient un toit depuis plusieurs semaines à une cinquantaine de migrants sans abri, des familles avec enfants dont au moins l’une avec un bébé. Or,

► le terrain concerné ne fait l’objet d’aucun projet immobilier justifiant l’expulsion ;

► les familles et des dizaines de témoins ont assisté impuissants à la destruction partielle des lieux de vie. Trois personnes réfugiées sur un toit ont été violemment délogées, conduites au commissariat et seront convoquées par la justice ;

► le tribunal de Brest devait statuer quelques jours après l’expulsion sur la légalité … de l’ordonnance d’expulsion !

Les brestois-es, les breton-ne-s, ont une tradition d’hospitalité. Avec de telles mesures, quelle image donnons-nous de notre ville ? Quelle image aurons-nous de nous-mêmes ? La ville, qui a pris l’initiative de l’expulsion, se doit désormais de trouver avec la préfecture des solutions de relogement durable pour ces sans abris.

Alors qu’on sait que la politique migratoire gouvernementale crée délibérément une carence de solution de logement pour les migrants, quel mal, quels préjudices y avait-il pour la ville à les laisser bénéficier de toits inutilisés pour les mois à venir ?

Nous sommes à l’approche de l’hiver. Il n’y avait aucune urgence à évacuer ces maisons. Mais il y a urgence à héberger les sans-abris. A Brest, beaucoup de réfugiés, des adultes mais aussi des enfants voire des bambins vivent aujourd’hui dans des couloirs ou des voitures : on en parle peu… Pourquoi ce manque d’humanité et d’empathie à l’égard de migrants qui, pour la plupart, n’ont pas d’autre choix que de fuir la guerre et la misère ?

L’accueil des migrants est du ressort de l’Etat, les communes ont, elles, un devoir d’humanité. Comme dans de nombreuses autres villes (Grande Synthe, Paris et bien d’autres), la collectivité brestoise doit mener une politique d’accueil des réfugiés dans la dignité ; elle commence par faire en sorte que tout le monde ait un toit pour dormir et de quoi manger pour vivre !

Réseau du pays de Brest pour l’accueil des migrants dans la dignité

http://www.reseaumigrantsbrest.fr/

https://www.facebook.com/Réseau-migrant-e-s-Brest-1006061126109412/

Organisations appelantes : Digemer, La Halte, Entraide et amitié, Abaafe, Aidons les réfugiés Brest, ATD Quart monde, LDH, MRAP, Cimade, Ligue de l’enseignement, UEP, AFPS, ATTAC, UL CGT Brest, FSU, SE-UNSA, SUD/Solidaires

Posté le 2 novembre 2016
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Novembre 2016
    06:09

    Pas d’expulsion sans solution de relogement durable !

    par Christian PERROT
    A Brest la précarité de survie des migrant-e-s n’est hélas pas une nouveauté. Les années se suivent et la même histoire se répéte. Mais que font nos élu-e-s brestois qui se disent encore "de gauche" ? On aimerait les voir monter en première ligne AVANT que les gens se retrouvent à la rue !