Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Sortie du dernier livre de Tudi Kernalegenn "Luttes écologistes dans le Finistère (1967-1981). Les chemins bretons de l’écologie"

Après avoir écrit en 2005, le livre "Drapeaux rouges et gwenn-ha-du. L’extrême-gauche et la Bretagne dans les années 1970", Tudi Kernalegenn, 27 ans, chargé de cours en sciences politiques à l’université Rennes 2 Haute-Bretagne, compagnon de route des Verts de Bretagne, présente aujourd’hui un nouvel ouvrage "Luttes écologistes dans le Finistère (1967-1981). Les chemins bretons de l’écologie".

Un livre indispensable pour comprendre comment est née l’écologie, en Bretagne notamment.

Le dernier livre de Tudi Kernalegenn, intitulé "Luttes écologistes dans le Finistère (1967-1981). Les chemins bretons de l’écologie" vient de sortir, aux éditions Yoran Embanner.

Quand on sait que le livre traite de la lutte de Plogoff (et de Porsmoguer et Erdeven), des marées noires du Torrey Canyon, de l’Amoco et du Tanio, de l’histoire de la SEPNB et de Eau et rivières de Bretagne, etc., il peut donc être utile à tous les écologistes qui s’intéressent aux origines de leur mouvement...

« Mazoutés aujourd’hui, radioactifs demain ! » , « Vivre, travailler et décider au pays ! » ... Ces slogans familiers résonnent encore dans nos oreilles, témoins d’une époque qui a vu naître les luttes écologistes, mémoire d’une décennie de luttes qui fait désormais partie de la mythologie de la Bretagne. Victimes des catastrophes environnementales (marées noires à répétition, remembrements abusifs, pollutions destructrices...) les Bretons ont aussi été acteurs, devenant fer de lance de la mouvance écologiste.

C’est ce que raconte ce livre en se concentrant sur le Finistère, concentré de Bretagne. Commençant avec les origines du mouvement naturaliste (SEPNB), Tudi Kernalegenn montre que les naturalistes puis les environnementalistes évoluent peu à peu vers l’écologie politique poussés par des agressions extérieures. 1967-1981 : ce sont 14 années clés, scandées par des dates charnières : 1967 et la première grande marée noire de l’histoire - celle du Torrey Canyon - ; 1974 et la découverte d’un projet de centrale nucléaire en Basse-Bretagne (Erdeven, Ploumoguer, etc.) ; 1978 et la marée noire de l’Amoco Cadiz mais aussi le choix du site de Plogoff pour construire la future centrale nucléaire de Bretagne ; 1981 et la victoire d’un peuple : Plogoff ne se fera pas !

Par une analyse approfondie et très concrète des différents groupes (APPSB, Terroir breton, les CLINs...) et des différentes thématiques, l’auteur s’applique à cerner comment naissent une nouvelle mouvance activiste et une nouvelle idéologie politique. Ce livre est donc indispensable pour comprendre comment est née l’écologie - combat si central en ce début de XXIe siècle - et comment les Bretons ont commencé à être sensibilisé à ses valeurs. Ce livre est aussi essentiel pour comprendre la Bretagne des années soixante-dix et les changements fondamentaux qui l’ont alors traversée.

PS : Le livre fait 317 pages dont 53 d’annexes en couleur. Il coûte 25€.

PPS : le précédent livre Tudi Kernalegenn, "Drapeaux rouges et gwenn-ha-du. L’extrême-gauche et la Bretagne dans les années 1970", aux éditions Apogée (2005) est toujours disponible.


Contacts :

Tudi Kernalegenn

mail : tudi.kernalegenn@gmail.com"

Posté le 1er juin 2006
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Septembre 2006
    16:28

    Sortie du dernier livre de Tudi Kernalegenn "Luttes écologistes dans le Finistère (1967-1981). Les chemins bretons de l’écologie"

    par Jean-Claude LE BORGNE

    J’attire votre attention sur un article paru dans "Travail & Sécurité" mensuel diffusé aux CHSCT et qui est publié par l’INRS ( Institut national de recherche et de sécurité. n° 665 septembre 2006, et qui comporte un article sur le démantèlement des vieilles centrales nucléaires. site Pilote : Brennilis.
    Bonne réception.

    Jean-Claude LE BORGNE.